TetiereMine.jpg
Intro-AugusteMatringe.jpg


Auguste Matringe
Juste parmi les Nations


Article soumis par Brice LACAND

Né à Rolle (Vaud, Suisse) en 1894, de mère suisse et d'un père savoyard, Auguste Matringe est français, ne possédant que la nationalité de son père.
Il poursuit en France une carrière d’ingénieur dans l’industrie chimique. 
De 1936 à sa retraite en 1959 (après laquelle il s’installe en Suisse), il dirige deux usines Saint-Gobain à Saint-Fons (Rhône) dans la banlieue de Lyon.
Vétéran de la guerre de 1914-1918, il avait mis ses espoirs en 1940 dans le maréchal Pétain. Mais grand patriote et chrétien engagé, il manifesta ses réticences à l’égard de la politique officielle, en protégeant, dès 1943, des réfractaires du STO.
L’usine employait aussi un grand nombre d’ouvriers juifs d’origine marocaine qui s’étaient installés à Saint-Fons avec leurs familles nombreuses, depuis 1912. La situation des familles juives devint particulièrement critique en mai 1944. Elles étaient exposées aux ravages commis par un délateur au service des Allemands, à l’origine de nombreuses arrestations. Auguste Matringe protégea ses ouvriers juifs, en installant dans l’usine un dortoir où ils logeaient la nuit et se faisaient ravitailler par des camarades. 


Quand il s’avéra que leurs femmes et leurs enfants étaient à leur tour menacés, il organisa l’évacuation des familles à Saint-Pierre-la-Palud, un village des monts du Lyonnais, à 20 km de Saint-Fons. 
Elles y furent logées dans les baraquements vacants de la mine de pyrite de Saint-Bel, propriété de l’usine Saint-Gobain, et en partie ravitaillées par les soins de l’entreprise.

Quand le 25 mai 1944, Lyon subit les bombardements des forces alliées, les enfants de la ville furent aussi évacués à Saint-Pierre-la-Palud. Auguste Matringe en profita pour faire inscrire en même temps qu’eux, à l’école du village, des enfants juifs cachés. Certains furent dispersés parmi des familles d’accueil des environs. Au cours du mois d’août, l’usine versa des allocations à toutes les familles cachées.


Auguste Matringe fut arrêté au début de ce même mois, suspecté par la Milice de cacher des Juifs et des résistants espagnols. Mais il fut relâché grâce à l’intervention du vice-président de Saint-Gobain.
On estime qu’il a sauvé de la déportation 37 adultes juifs, qu’il a fait héberger 50 de leurs enfants à la campagne et qu’il a favorisé la dissimulation de 250 personnes réfractaires au Service du travail obligatoire.
 
Il est décédé en 1984 à Rolle (Vaud - Suisse)
Le 18 avril 2000, Yad Vashem a décerné à Auguste Matringe le titre de Juste des Nations.
Le 18 avril 2003, une stèle a été érigée à Saint-Fons, dans la banlieue de Lyon, avec l’inscription : "Auguste Matringe (1894-1984). Humaniste Franco-Suisse. Juste parmi les nations".

Dossier Yad Vashem : 8913

  • Remise de la médaille de Juste : 2000

  • Sauvetage : Saint-Fons 69190 - Rhône

  • Saint-Pierre-la-Palud 69210 - Rhône

  • Profession: Directeur d'usine Saint-Gobain

​​​​​​​
✅ En savoir +
Intro-monument.jpg