TetiereVillage.jpg

Village - Histoire - Données

Données géographiques et administratives

  • Superficie 753 ha
  • Altitude 350 m / 747 m
  • Coordonnées Lambert II étendu
  • x : 776 891,00
  • y : 2 090 406,00
  • longitude : 4°36'42" E
  • latitude : 45°47'27" N
  • code insee 69 1 03 231
  • Administration actuelle
  • région Auvergne-Rhône-Alpes
  • département Rhône
  • arrondissement Lyon
  • canton L'Arbresle 

Origine Historique de Saint Pierre la Palud :

  •  Au premier siècle après Jésus Christ, les Romains conquièrent la Gaule et commencent  l'exploitation de la mine pour en extraire le cuivre.
  • Au moyen-âge, l'exploitation du cuivre continue sur des filons superficiels.
  • 981 : le cartulaire de Savigny mentionne que la "Royale Abbaye de Savigny" a dans sa  juridiction 38 églises, dont celle de Saint Pierre la Palud. C'est donc le premier nom connu de notre  commune, mais à  l'époque, c'était plutôt la notion de "paroisse".
  • 1381 : le Seigneur de Savigny impose à  nos habitants d'entretenir et garder son château  de Sain Bel.
  • 1415 : pendant la Guerre de Cent Ans, le pays est ravagé par les Anglais alliés aux  Bourguignons.
  • 16ème siècle : le pays subit les ravages provoqués par les Guerres de Religion.
  • 1790 : les habitants décident qu'ils constituent dorénavant une "commune", indépendante  et libre. Au cours de la Révolution, la commune porte successivement les noms de Pierre la Palud,  Palud la Montagne, Pelletier le Palud, puis à  partir de 1801, Saint Pierre la Palud. Ce nom est formé  de "Saint Pierre" nom du patron de l'église, et "Palud" qui veut dire "marais". A l'époque, il y avait un  marais entre les lieudits "Les Bornes" et "Saint Antoine".
  • 1855 : par une loi du 5 mai 1855, l'Empereur Napoléon III rattache à  Sain Bel le territoire et  les maisons compris entre l'actuel Chemin de la Pérollière et la rivière de la Brévenne, secteur qui  jusqu'alors appartenait à  notre commune (Relaté dans la Monographie de JAL LEPIN).
1863 : le Conseil Municipal décide de déplacer le chef-lieu de la commune depuis le  lieudit dénommé aujourd'hui "Le Vieux Bourg" vers le lieudit "Le Grésigny".

Maires

Depuis Louis Philippe jusqu'à  ce jour voici les noms des Magistrats qui ont présidé aux destinées de  notre commune :
  • 1790 à 1831 : Mrs FARGE, SARSAY, REGIPAS, PUPIER, ROUX, PASSERON, RIGOTTIER,  DUMAS
  • 1831 à  1846 : Jean Pierre JACQUEMET
  • 1846 à  1848 : Jean Pierre FARGE
  • 1848 à  1850 : Marcellin MALLET
  • 1850 à  1864 : Pierre Thomas COLLOMB
  • 1864 à  1902 : Félix MANGINI
  • 1902 à  1919 : Marc MANGINI
  • 1919 à  1923 : Jean JARD
  • 1923 à  1944 : Joseph NICOLAS
  • 04/44 à 10/44 : Georges RUCH
  • 10/44 à  05/45 : Louis LAVERRIERE
  • 1945 à  1971 : Robert BROCHETON
  • 1971 à  1989 : André DUCARRE
  • 1989 à 2014 : Yvon OLIVIER
  • 2014 à 2016 : Pierre GENOUX
  • 2016 à 2020 : Morgan SIFFREDI-GRIFFOND
  • 2020 à 2026 : Morgan SIFFREDI-GRIFFOND

Population

Evolution de la population depuis 1793
  • Le recensement de 1826, qui ne serait qu'une réactualisation de celui de 1821, n'a pas été retenu.
  • Le recensement de 1871 a été, pour cause de guerre, repoussé à l'année 1872.
  • Le recensement de 1941, réalisé selon des instructions différentes, ne peut être qualifié de recensement général, et n'a donné lieu à aucune publication officielle.
  • Depuis 2004, le recensement de la population se fonde sur des enquêtes annuelles, l’ensemble du  territoire étant couvert au cours de cycles de cinq ans.
  • Les enquêtes de recensement étant réparties sur cinq années, il est recommandéde calculer les  évolutions sur des périodes d'au moins cinq ans.
Les trois populations légales d'une commune :
Le terme générique de « population légale» regroupe pour chaque commune sa population totale, sa population municipale et sa population comptée à part.
  • La population municipale comprend les personnes ayant leur résidence habituelle sur le  territoire de la commune, ainsi que les personnes détenues dans les établissements pénitentiaires de  la commune, les personnes sans abri recensées sur le territoire de la commune et les personnes  résidant habituellement dans des habitations mobiles, recensées sur le territoire de la commune qui  constituent la population hors ménages.
  • La population comptée à part comprend certaines personnes dont la résidence habituelle  est dans une autre commune mais qui ont conservé une résidence sur la commune (par exemple les  étudiants majeurs logés ailleurs pour leurs études).
  • La population totale est la somme de la population municipale et de la population comptée à part.
C'est la population municipale qui est utilisée pour les statistiques (voir tableau)
Populations légales de la commune
Populations_commune.jpg

Sources :

  • Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes.

  • Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.